ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Réseaux

0751-7971
Communication - Technologie - Société
Changement d'éditeur au 1er janvier 2009
 

 ARTICLE VOL 25/141-142 - 2007  - pp.203-230  - doi:10.3166/réseaux.141-142.203-230
TITRE
MUSIQUE, ÉMOTION ET INDIVIDUALISATION.

TITLE
MUSIC, EMOTION AND INDIVIDUALIZATION

RÉSUMÉ
Il existe une constante en sociologie de la musique, selon laquelle cette dernière constitue une ressource positive dans la construction active de soi. Bien que l’auteur reconnaisse que la musique véhicule de nombreuses dimensions positives dans les sociétés modernes, il s’interroge sur la vision de soi qui sous-tend cette compréhension, et insiste sur l’importance d’une approche critique et historique de la musique, mais aussi sur l’importance de la subjectivité, qui concède une signification à l’expérience émotionnelle des individus. Il invite ainsi à penser de manière plus critique le rôle de la musique dans les sociétés modernes, en empruntant à Axel Honneth le concept de « prise de conscience structurée de soi » comme une caractéristique déterminant le processus d’individualisation dans nos sociétés. Parce que la musique est censé avoir des liens particuliers avec le monde de la subjectivité et de l’émotion, mais également avec une socialité très agréable, elle pourrait représenter un lieu singulièrement puissant où l’obligation, dans notre société, d’être un individu sensible, sociable et capable de ressentir du plaisir est mise à l’épreuve.

ABSTRACT
A dominant strand in the sociology of music understands music to be a positive resource in active self-making. While accepting that music has many positive dimensions in modern societies, the author questions the view of the self underlying this understanding, and argues for the importance of a critical and historical approach to music and subjectivity which recognizes the significance of people’s emotional experience. He then offers a more critical way of thinking about the role of music in modern societies, using Axel Honneth’s notion of “organized self-realization” as a defining feature of the process of individualization in contemporary societies. Because music is held to have particular links both to the realms of subjectivity and emotion, and also to pleasurable sociality, it may represent a particularly powerful site where the obligation to be a sensitive and pleasure-feeling sociable individual in modern society is tested out.

AUTEUR(S)
David HESMONDHALGH

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (178 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier