ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Réseaux

0751-7971
Communication - Technologie - Société
Changement d'éditeur au 1er janvier 2009
 

 ARTICLE VOL 26/147 - 2008  - pp.49-86  - doi:10.3166/réseaux.147.49-86
TITRE
L'action publique de sécurité routière en france. Entre rêve et réalisme

RÉSUMÉ
Il ne fait aucun doute que le comportement des conducteurs soit stigmatisé dans les définitions causales de l’insécurité routière. Il serait pourtant abusif d’en déduire que ce cadrage du problème forme non seulement le principal vecteur de production des politiques publiques dans ce domaine, mais également une incitation forte à l’ignorance et, par conséquent, à la négligence pratique de toute une série d’autres facteurs d’insécurité routière. La définition réductrice du problème comme relevant de la déviance comportementale ne place pas mécaniquement les orientations de l’action publique de sécurité routière devant l’alternative simple consistant à ériger la sanction et/ou l’éducation en réponses évidentes des pouvoirs publics. Une approche diachronique de la politique de sécurité routière met en relief dans celle-ci des changements suffisamment nombreux et conséquents pour que l’image dominante et relativement figée de l’insécurité routière comme une affaire de comportements déviants, pris en charge par le contrôle des forces de l’ordre et la sanction des autorités1 ne puisse seule l’inspirer. L’action publique de sécurité routière qui prend naissance dans l’immédiat après-guerre apparaît mouvante et complexe. Les deux images publiques – médiatisées – identifiant les gisements de solutions dans une conduite « apaisée et civilisée » et/ou dans une conduite « contrôlée et sanctionnée » la façonnent indéniablement. Mais dès que l’on cherche à comprendre pourquoi, sur la « moyenne » période, tantôt l’une prime sur l’autre, puis l’inverse, ou pourquoi tantôt elles sont opposées, tantôt elles sont mises en synergie, l’examen des variables plus institutionnelles et des configurations d’intérêt rationalisées – de manière limitée, bien entendu – devient nécessaire. On découvre alors une palette très animée de solutions – souvent discrètes – bien plus large que celle, binaire, évoquée ci-avant.

AUTEUR(S)
Fabrice HAMELIN, Vincent SPENLEHAUER

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (463 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier