ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Réseaux

0751-7971
Communication - Technologie - Société
Changement d'éditeur au 1er janvier 2009
 

 ARTICLE VOL 19/108 - 2001  - pp.87-124
TITRE
COMMENT AGIR EN CONFIANCE AVEC UN PARTENAIRE DONT ON SE MEFIE ?

TITLE
HOW CAN ONE TRUST A PARTNER OF WHOM ONE IS SUSPICIOUS?

RÉSUMÉ

Les auditions judiciaires, dont cet article présente une analyse, sont des situations caractérisées par la polémique et par des activités d’accusation et de défense. Peut-on affirmer pour autant que toute confiance a déserté ce type de rencontre ? Une approche praxéologique de l’action - qui questionne le rôle central accordé à la délibération, à la décision, à l’intention, à l’interprétation et aux cadres normatifs dans l’analyse de l’action – conduit à voir en quoi la confiance est intrinsèque à toute interaction. La coordination des échanges, accomplie sur la base combinée de routines d’action et de la production de la visibilité, donne aux acteurs des bases pour accomplir la rencontre. Après avoir décrit le mode interactionnel propre à l’audition, l’auteur analyse en détail un dispositif qui lui est associé. « Les ajours » – des ouvertures à l’intérieur du discours du procureur, dans lesquelles le prévenu place de brèves interventions – permettent aux acteurs de connaître et de donner à connaître à qui et à quoi ils ont affaire et d’élaborer un mode commun d’échange. Ces observations conduisent à la définition d’une confiance pratique – produite séquentiellement de façon concertée et observable – liée indissociablement à la coordination de l’action.

ABSTRACT

Court hearings, of which this article presents an analysis, are situations characterized by controversy and by accusation and defence. Yet can we affirm that all trust has left this type of situation? A praxeological approach to action – which questions the key role of deliberation, decision-making, intention, interpretation and normative frames in its analysis – enables us to see how trust is intrinsic to all interaction. The coordination of interaction, accomplished on the combined basis of routine actions and production of visibility, gives actors the bases for the contact. After describing the interactional mode of a court hearing, the author makes a detailed analysis of a related device: "ajours" or openings in the prosecutor’s speech, in which the defendant talks briefly. These enable the actors to know and to make known the people and things with whom and with which they are dealing, and to devise a common mode of interaction. These observations lead to the definition of practical trust – produced sequentially in a concerted and observable way – indissociably linked to the coordination of action.

AUTEUR(S)
Esther GONZALEZ-MARTINEZ

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (248 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier