ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Réseaux

0751-7971
Communication - Technologie - Société
Changement d'éditeur au 1er janvier 2009
 

 ARTICLE VOL 23/131 - 2005  - pp.83-109
TITRE
CAPITALISME ET FINANCIARISATION DES INDUSTRIES CULTURELLES.

TITLE
CAPITALISM AND FINANCIALIZATION OF THE CULTURE INDUSTRIES

RÉSUMÉ
L'étude de l'évolution des industries culturelles n'apparaît pas détachable de celle de l'histoire du capitalisme dans les pays développés. Un processus de financiarisation, c'est-à-dire de dépendance accrue de leurs conditions de financement de la collecte des capitaux sur les marchés financiers, accompagne leur mutation, en particulier depuis ces vingt dernières années. On peut attribuer à la nature de cette financiarisation l'origine de leur fonctionnement caractéristique, décrit par la théorie des industries culturelles. Son impact sur la structuration du secteur et sur certaines variables de gestion, notamment le niveau de profit degage, apparaît confirme par l'étude statistique d'un échantillon de sociétés européennes. Liée aux mouvements de concentration, d'internationalisation et d'industrialisation, la financiarisation des activités de communication engendre un certain nombre de phenomènes paradoxaux, pouvant justifier la reformulation des politiques publiques

ABSTRACT
The evolution of the culture industries cannot be studied without simultaneously examining the history of capitalism in developed countries. A process of financialization ­ i.e. increasing dependence on the collection of capital in financial markets ­ has accompanied the growth of these industries, especially over the past twenty years. Their characteristic functioning, described by the culture industry theory, can be ascribed to the nature of this financialization. Its impact on the structure of the sector and on certain management variables, especially profit levels, seems to be confirmed by the statistical study of a sample of European firms. Connected to concentration, internationalization and industrialization, the financialization of communication activities is spawning a number of paradoxical phenomena that can be used to justify changes in public policies.

AUTEUR(S)
Christian PRADIÉ

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (170 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier