ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Réseaux

0751-7971
Communication - Technologie - Société
Changement d'éditeur au 1er janvier 2009
 

 ARTICLE VOL 24/140 - 2006  - pp.221-230
TITRE
NOTES DE LECTURE. Sociologie des mobilités. Une nouvelle frontière pour la sociologie ? De John URRY

RÉSUMÉ
Personnalité majeure de la sociologie britannique, tant par ses publications que ses responsabilités institutionnelles, John Urry reste peu connu en France. La traduction (grâce au concours de l’Institut de la Ville en Mouvement) de Sociology beyond societes, ouvrage publié en 2000 en Angleterre, permet donc de prolonger le vif débat suscité par ce livre. L’ambition principale de Sociologie des mobilités est précisée par le sous-titre. Il s’agit de transformer les questionnements et les méthodes de la sociologie. L’auteur tente de démontrer que la conception de la société qui a présidé à la naissance de la sociologie est désormais caduque. Pour ce faire, il travaille sur les conditions matérielles de la mobilité et sur les pratiques afférentes, en soulignant les imbrications entre acteurs, systèmes sociotechniques et médias. Les flux, les réseaux, rendraient obsolète la vision classique des structures sociales et de leur reproduction. A cet égard, Urry propose deux ruptures épistémologiques : – ne plus penser la société comme un ordre au sein de l’État-Nation, mais plutôt comme un chaos et une contingence de complexités enchevêtrées ; – élargir le champ du social afin d’y intégrer les objets et leurs perceptions ; prendre les images contemporaines comme des faits sociaux.

AUTEUR(S)


LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (71 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier